L’importance des « soft skills » dans la réussite aux concours des études médicales

Face à une période très stressante pour les étudiants, la recherche scientifique récente démontre les liens extrêmement forts entre compétences comportementales et réussite aux concours des études médicales.

Auteur

Thierry Le Métayer, DBA Université Paris Sciences Lettres – Professeur, Chercheur, Président Cours Galien

Date de publication

Première publication le 25/09/2021

Introduction

La sélectivité des concours des études médicales sont des sujets connus du grand public et des professionnels de l’enseignement médical.

Pour autant, le rôle des « soft skills » (ou compétences comportementales) dans la réussite académique reste peu étudié dans la littérature scientifique francophone, alors que l’enjeu de réussite pour les étudiants (et leurs familles) se situe à la hauteur de leur vocation et de leur ambition.

Au niveau international, les chercheurs ont, surtout depuis une dizaine d’années, mis à jour les liens entre les « soft skills » et la réussite aux examens des études médicales et pendant toute la durée de formation des professionnels de la médecine, permettant de prévenir les effets du stress, du burnout et de diverses psychopathologies.

D’où l’importance de former les étudiants en médecine à la gestion de leurs « soft skills » très tôt dans leur cursus universitaire, pour réussir les concours dans un premier temps et pour une réussite durable tout au long de leurs études.

Ces recherches scientifiques rendent donc l’enseignement des « soft skills » incontournable dès la préparation aux concours d’entrée en seconde année d’études médicales.  

Résultats : synthèse d’études récentes

Selon Guruprakash et al. (2018), le stress des étudiants en médecine est très présent et significativement associé au burnout et à divers troubles psychologiques (dépression, anxiété…), les étudiantes pouvant être statistiquement davantage affectées que les étudiants.

Pour Balaji et al. (2019), mesuré selon les méthodes de référence PSS-14 (Perceived Stress Scale) et HARS (Hamilton Anxiety Rating Scale), les niveaux de stress et d’anxiété des étudiants en médecine sont significativement associés à la performance académique et à la réussite en première année de médecine.

Selon les chercheurs, les sources de stress sont identifiées au sein de 3 catégories principales :

  • Les facteurs académiques :
    • Examens fréquents,
    • Quantité de travail,
    • Complexité des nouvelles matières à assimiler,
    • Changements des méthodes d’apprentissage,
    • Surcharge cognitive.
  • Les facteurs physiques :
    • Environnement de travail,
    • Conditions de logement,
    • Qualité de la nourriture,
    • Insomnie,
    •  
  • Les facteurs sociaux :
    • Nouvelles relations interpersonnelles,
    • Relations avec les enseignants,
    • Manque de distraction et loisirs,
    • Sentiment de solitude,
    • Vitesse d’adaptation aux nouveaux programmes académiques,
    • Changements physiologiques et de l’environnement,
    • Passage vers la vie adulte
    • Sortie d’un environnement scolaire et familial protecteur,
    • Craintes vis-à-vis de l’avenir,
    • Sentiment d’insécurité,
    • Perception du risque de perdre une année et de tomber dans l’inconnu,
    • Sensibilité exacerbée aux mauvaises nouvelles.

L’adaptation à ces multiples sources de stress peut prendre une partie importante de la 1ère année des études médicales. Le besoin de passer ces caps rapidement et sans encombre semble donc essentiel à la réussite aux concours.

La recherche scientifique indique que plus le stress est grand, moins la performance académique de l’étudiant est bonne.

En effet :

  • Les troubles de la concentration,
  • Les difficultés à récupérer l’information apprise,
  • Le ralentissement des processus cognitifs,
  • La fatigue mentale
  • Et les changements physiologiques et psychologiques, réduisent les niveaux de performance aux examens.

Pour autant un niveau suffisant d’eustress, le côté positif du stress, est aussi associé à une performance potentiellement plus élevée, dans la mesure où il peut créer une pression qui pousse à agir sans peur préjudiciable face à de nouveaux défis, en alimentant excitation et enthousiasme pour bien performer.

L’eustress de l’étudiant en médecine peut intensifier son attention et le pousse au-delà de sa performance ordinaire, en abordant le stress avec une attitude compatible positive. L’effet est généralement bon, il augmente les rendements, élève les résultats et encourage la persévérance.

Concernant l’anxiété, elle se trouve très présente chez les étudiants en 1ère année d’études de médecine.

Or les principales causes de leur anxiété sont d’après la recherche :

  • Le repos insuffisant,
  • Les pensées irrationnelles à propos des examens, souvent alimentées par les étudiants des années supérieures,
  • La charge de travail,
  • La peur de l’échec,
  • Et la préparation inadéquate.

A l’inverse la préparation adaptée permet :

  • De s’adapter à la charge de travail requise,
  • Et de réduire le niveau de stress et d’anxiété préalable aux examens.

De même :

  • Les échanges et discussions autour des problèmes auxquels ils sont confrontés,
  • Ainsi que les routines et la programmation de leur travail développent l’apprentissage des étudiants en médecine en réduisant l’anxiété.

L’anxiété forte nuit significativement à la performance des élèves, un niveau modéré pouvant toutefois contribuer à une meilleure orientation vers les taches d’apprentissage. A cet égard, trouver le juste niveau d’anxiété semble déterminant.

En effet, l’anxiété :

  • Réduit la vitesse des processus cognitifs et de mémorisation, notamment à long terme.
  • Altère les capacités de concentration et de lecture,
  • Produit de la frustration et de la perte de confiance en soi,
  • Entraîne :
    • Un manque de bonnes pratiques d’études,
    • Des techniques de lecture inappropriées,
    • Des difficultés à identifier et retenir les points saillants du programme,
    • Des problèmes pour évaluer l’état d’avancement des apprentissages
    • L’incapacité à s’adapter et à gérer la situation.

Ces conséquences négatives produisent elles-mêmes du stress et de l’anxiété, en boucle rétroactive (« cercle vicieux ») pouvant aller jusqu’au burnout et des psychopathologies, sous l’effet du temps.

A l’inverse, les étudiants moins anxieux :

  • Maintiennent leur attention en direction de l’extraction et du traitement correct des informations apprises,
  • Construisent des habitudes d’apprentissage efficaces,
  • Et ont moins de pensées dérangeantes et de pannes cognitives.

Pour gérer ce stress, les stratégies d’adaptation des étudiants en médecine sont constituées de techniques comportementales et psychologiques pour minimiser, supporter et maîtriser les événements stressants.

Ces stratégies sont de deux catégories : adaptation active (ou orientée-solutions) et adaptation par évitement.

L’adaptation active se fait par 4 voies :

  • La planification,
  • Les efforts pour supprimer ou contourner le problème stressant,
  • L’acceptation de l’événement stressant,
  • Et le recadrage positif de l’événement stressant.

L’adaptation par évitement est aussi constituée de 4 chemins :

  • Le déni,
  • Le désengagement comportemental,
  • L’évacuation (ou « dégazage »),
  • Et l’humeur.

Pour les étudiants en médecine, les stratégies d’adaptation active, orientées-solutions, permettent d’atteindre de plus hauts niveaux de performance académique et de réussite aux examens. A l’inverse les risques de dérive vers des stratégies d’évitement nuit à la performance aux examens.

Conclusion : agir sur tous les leviers, tôt et simultanément, assure une meilleure réussite

En conclusion, du fait de la forte présence du stress et de l’anxiété chez les étudiants en 1ère année d’études médicales, à cause d’une multitude de facteurs stressants, et de leurs conséquences négatives sur la performance académique et la réussite aux examens, la préparation des étudiants doit, impérativement et simultanément, travailler sur les leviers académiques, environnementaux et sociaux/interpersonnels, afin de développer et maintenir leur confiance au plus haut niveau à tout moment.

Selon la recherche, la réussite aux concours des études médicales passe notamment par :

  • Une présence régulière et contrôlée aux cours,
  • Des lectures quotidiennes assidues,
  • Des techniques de lecture efficientes,
  • Des temps de relaxation efficace,
  • Des routines de mémorisation éprouvées,
  • Des exercices physiques permettant de développer les endorphines réduisant le stress,
  • Un environnement de travail amical et accueillant,
  • Une aide, une écoute active et des échanges avec des adultes bienveillants concernant les conflits interpersonnels éventuels,
  • L’apprentissage des 4 stratégies d’adaptation active au stress
  • L’information sur les conséquences négatives des stratégies d’évitement du stress sur la santé physique et psychologique, et sur la réussite aux examens,
  • La sensibilisation aux techniques de communication et aux compétences sociales (« soft skills »)
  • Le support actif et la formation des enseignants aux compétences de communication et sociales.

L’optimisation de la préparation aux concours des études médicales repose donc sur un subtil mélange des techniques et des pratiques, académiques, environnementales et relationnelles, appropriées.

Ignorer l’un de ces différents besoins, ne pas travailler chacun des piliers de la réussite, peut créer un déséquilibre, éventuellement invisible à l’étudiant et à son entourage, et qui, le jour des concours, pourrait être préjudiciable.  

Références internationales - pour plus d’informations :

A

Abdulghani HM, AlKanhal AA, Mahmoud ES, Ponnamperuma GG, Alfaris EA. Stress and its effects on medical students: A cross-sectional study at a college of medicine in Saudi Arabia. J Health Popul Nutr 2011 ;29 :516-22.

Afzal H, Afzal S, Siddique SA, Naqvi SA. Measures used by medical students to reduce test anxiety. J Pak Med Assoc 2012 ;62 :982‑6.

Aktekin M, Karaman T, Senol YY, Erdem S, Erengin H,p Akaydin M, et al. Anxiety, depression and stressful life events among medical students: A prospective study in Antalya, Turkey. Med Educ 2001 ;35 :12‑7.

Al‑Dubai SA, Al‑Naggar RA, Alshagga MA, Rampal KG. Stress and coping strategies of students in a medical faculty in Malaysia. Malays J Med Sci 2011 ;18 :57‑64.

Ali A, Rao MH, Ali S, Ahmed T, Safi M, Malik A, et al. Prevalence of anxiety and depression and their associated risk factors among engineering students in Karachi, Pakistan. Int J Emerg Technol Adv Eng 2014 ;4 :52‑5.

Amr M, Hady El Gilany A, El-Hawary A. Does gender predict medical students’ stress in Mansoura, Egypt? Med Educ Online 2008 ;13 :12.

Ans M, Majeed N, Majeed N, Dawood Z. Pattern of anxiety and associated factors among students of different medical colleges in Pakistan. Kemcolian J Med Sci 2012 ;1(1). Available at https://www.academia.edu/15748463/Pattern_of_Anxiety_and_Associated_ Factors_among_ Students_of_Different_Medical_Colleges_in_Pakistan. [Last accessed onu2018 Dec 10].

B

Balaji NK, Murthy PS, Kumar DN, Chaudhury S. – Perceived stress, anxiety, and coping states in medical and engineering students during examinations. Industrial Psychiatry J 2019 ; 28 : 86-97.

Baldassin S, Alves TC, de Andrade AG, Nogueira Martins LA. The characteristics of depressive symptoms in medical students during medical education and training : A cross‑sectional study. BMC Med Educ 2008 ;8 :60.

Barikani A. Stress in medical students. J Med Edu 2007 ;11 :41‑4.

Behere SP, Yadav R, Behere PB. A comparative study of stress among students of medicine, engineering, and nursing. Indian J Psychol Med 2011 ;33 :145‑8.

Burk DT, Bender DJ. Use and perceived effectiveness of student support services in a first‑year dental student population. J Dent Educ 2005 ;69 :1148‑60.

C

Carver CS. You want to measure coping but your Protocol’s too long : Consider the brief COPE. Int J Behav Med 1997 ;4 :92‑100.

Chapell MS, Blanding ZB, Silverstein ME, Takahashi M, Newman B, Gubi A, et al. Test anxiety and academic performance in undergraduate and graduate students. J Educ Psychol 2005 ;97 :268‑74.

Cohen S, Kamarck T, Mermelstein R. A global measure of perceived stress. J Health Soc Behav 1983 ;24 :385‑96.

D

Das P, Sahoo R. Stress and depression among post graduate students. Int J Sci Res Public 2012 ;2 :1-5.

Daugherty SR, Baldwin DC Jr., Rowley BD. Learning, satisfaction, and mistreatment during medical internship: A national survey of working conditions. JAMA 1998 ;279 :1194‑9.

Dyrbye LN, Thomas MR, Huntington JL, Lawson KL, Novotny PJ, Sloan JA, et al. Personal life events and medical student burnout : A multicenter study. Acad Med 2006 ;81 374‑84.

E

Elias H, Ping WS, Abdullah MC. Stress and academic achievement among undergraduate students in University Putra Malaysia. Procedia Soc Behav Sci 2011 ;29 :646‑55.

F

G

Gade S, Chari S, Gupta M. Perceived stress among medical students: To identify its sources and coping strategies. Arch Med Health Sci 2014 ;2:8‑86.

Gajalakshmi G, Kavitha U, Anandarajan B, Chandrasekar M. Study to analyze various factors contributing to stress in first year M.B.B.S students during examination. Int J Biomed Adv Res 2012 ;3 :700-3. [Doi.org/10.7439/ijbar. v3i9.621].

Garg G. Postgraduate lifestyle : Stress and satisfaction. Indian J Pediatr 2005 ;72 :991.

Gaudreau P, Miranda D. Coping across time, situations, and contexts: A conceptual and methodological overview of stability, consistency, and change. In : Nicholls AR, editor. Coping in Sport : Theory, Methods, and Related Constructs. Hauppauge (NY): Nova Science Publishers; 2010. p. 10‑32.

Gazder DP, Ahmad F, Danish SH. Stressors, coursework stress and coping strategies among medical students in a private medical school of Karachi, Pakistan. Educ Med J 2014 ;6 : e20‑9.

General Health Questionnaire (GHQ). Available from: https://www.gl‑assessment.co.uk/ products/general‑health‑questionnaire‑ghq/. [Last accessed on 2017 Sep 14].

Gobbur SB, Nigudgi SR, Reddy S. Prevalence of stress among post graduate doctors at Mahadevappa Rampure Medical College Kalaburagi, Karnataka. Int J Community Med Public Health 2016 ;3 :576-80.

Guruprakash KV, Mehta SG, Atul B, Prakash J, Divinakumar KJ, Khan SA, et al. A study of relationship between perceived stress, coping pattern, burnout, and general psychopathology among the postgraduate medical students. Ind Psychiatry J 2018 ;27 :141-6.

Guthrie EA, Black D, Shaw CM, Hamilton J, Creed FH, Tomenson B. Embarking upon a medical career: Psychological morbidity in first year medical students. Med Educ 1995 ;29 :337‑41.

Guthrie E, Black D. Psychiatric disorder, stress and burnout. Adv Psychiatr Treat 1997 ;3 :275-81.

Guthrie E, Black D, Bagalkote H, Shaw C, Campbell M, Creed F. Psychological stress and burnout in medical students: A five-year prospective longitudinal study. J R Soc Med 1998 ;91 :237-43.

H

Hamilton M. The assessment of anxiety states by rating. Br J Med Psychol 1959 ;32 :50‑5.

I

Inam SB. Anxiety and depression among students of a medical college in Saudi Arabia. Int J Health Sci (Qassim) 2007 ;1 :295-300.

J

Johari AB, Hassim N. Stress and coping strategies among medical students in National University of Malaysia, Malaysia University of Sabah and Universiti Kuala Lumpur Royal College of Medicine Perak. J Kesihatan Masyarakat 2009 ;15 :106-15.

K

Khan MS, Mahmood S, Badshah A, Ali SU, Jamal Y. Prevalence of depression, anxiety and their associated factors among medical students in Karachi, Pakistan. J Pak Med Assoc 2006 ;56 :583‑6.

Khan AN, Rasool SA, Sultan A, Tahira I. Prevalence of examination related anxiety in a private medical college. J Ayub Med Coll Abbottabad 2013 ;25 :113‑5.

Kumar M, Sharma S, Gupta S, Vaish S, Misra R. Effect of stress on academic performance in medical students – A cross sectional study. Indian J Physiol Pharmacol 2014 ;58 :81‑6.

L

M

Mane AB, Krishnakumar MK, Niranjan PC, Hiremath SG.Differences in perceived stress and its correlates among students in professional courses. J Clin Diagn Res 2011 ;5 :1228‑33.

Maslach C, Jackson SE. The measurement of experienced burnout. J Occupational Behavior 1981 :2 :99-113.

Maslach C, Leiter MP. The Truth About Burnout : How Organizations Cause Personal Stress and What to Do About it. 1st ed. San Francisco : Jossey-Bass ; 1997.

Medical PG. Preparation: How to Deal with Inevitable Stress? – Gate To Medicine. Available from: http://www.gatetomedicine.com/blog/work‑study‑is‑it‑stressful/. [Last accessed on 2017 Oct 23].

Misra R, McKean M. College students’ academic stress and its relation to their anxiety, time management, and leisure satisfaction. Am J Health Stud 2000 ;16 :41‑51.

Moffat KJ, McConnachie A, Ross S, Morrison JM. First year medical student stress and coping in a problem‑based learning medical curriculum. Med Educ 2004 ;38 :482‑91.

Muller L, Spitz E. Multidimensional assessment of coping : Validation of the brief COPE among french population. Encephale 2003 ;29 :507‑18.

N

Nakalema G, Ssenyonga J. Academic stress : Its causes and results at a Ugandan university. Afr J Teacher Educ 2013 ;3 :1‑21.

O

P

Q

R

Rafidah K, Azizah A, Norzaidi MD, Chong SC, Salwani MI, Noraini A. Stress and academic performance : Empirical evidence from university students. Acad Educ Leadersh J 2009 ;13 :37‑51.

Rajput MS, Alvi MS, Rizwan A. Analysis of factors affecting the stress level of engineering students. Int J Eng Educ 2010 ;26 :681‑6.

S

Scott and White Wellness, Be Fit be Strong. Available from: http://www.sw.org. [Last accessed on 2017 Jul 27].

Shaufeli W, Enzmann D, Francis T. The Burnout Companion to Study and Practice – A Critical Analysis. London : CRC Press ;1998.

Shete A, Garkal K. Study of stress, anxiety, and depression among postgraduate medical students. CHRISMED J Health Res 2015 ;2 :119-23.

Singh I, Jha A. Anxiety, optimism and academic achievement among students of private medical and engineering colleges: A comparative study. J Educ Dev Psychol 2013 ;3 :222‑33.

Singh S, Prakash J, Das RC, Srivastava K. A cross-sectional assessment of stress, coping, and burnout in the finalyear medical undergraduate students. Ind Psychiatry J 2016 ;25 :179-83.

Siraj HH, Salam A, Roslan R, Hasan NA, Jin TH, Othman MN. Stress and its association with the academic performance of undergraduate fourth year medical students at University Kebangsaan Malaysia. Int Med J Malaysia 2014 ;13 :19‑24.

Sohail N. Stress and academic performance among medical students. J Coll Physicians Surg Pak 2013 ;23 :67‑71.

Sreeramareddy CT, Shankar PR, Binu VS, Mukhopadhyay C, Ray B, Menezes RG. Psychological morbidity, sources of stress and coping strategies among undergraduate medical students of Nepal. BMC Med Educ 2007 ;7 :26.

Supe AN. A study of stress in medical students at Seth G.S. medical college. J Postgrad Med 1998 ;44 :1‑6.

T

Takemura Y, Kikuchi S, Inaba Y. Does psychological stress improve physical performance ? Tohoku J Exp Med 1999 ;187 :111‑20.

U

V

W

Wallin U, Runeson B. Attitudes towards suicide and suicidal patients among medical students. Eur Psychiatry 2003 ;18 :329‑33.

X

Xiao J. Academic Stress, Test Anxiety, and Performance in a Chinese High School Sample: The Moderating Effects of Coping Strategies and Perceived Social. Available from: http://www.ScholarWorks@GeorgiaStateUniversity. [Last accessed on 2017 Jul 27].

Y

Yusoff MS. Impact of summative assessment on first year medical students’ mental health. Int Med J 2011 ;18 :172‑5.

Z

Contactez-nous

Téléchargez notre brochure

Découvrez le programme détaillé de chacune de nos prépas, notre méthode Optimed, nos équipes enseignantes et toutes informations sur la réforme des études de santé dans la faculté de médecine de votre ville.

Pour recevoir la brochure par courrier, cliquez ici >>